Shape1


Historique


Vers 1965 le projet d'une centrale d'une puissance de 500 kw a débuté sous l'impulsion de Monsieur Max RAVOUX, devenu propriétaire des terrains pour construire le barrage et la centrale et une partie du passage de la conduite forcée.


Les terrains communaux, que Monsieur RAVOUX n'a pu acquérir pour le passage de la conduite forcée, ont fait l'objet d'arrêts signés par les maires de Chassagne et Dauzat-sur-Vodable.


Le 14 mars 1977, le préfet du Puy de Dôme signe l'arrêté autorisant de disposer de l'énergie de la Couze de Valbeleix.


En 1977, Monsieur Max RAVOUX cède à Monsieur Paul AMOUROUX toute l'étude technique et les autorisations administratives pour construire la centrale de Courgoul.


Cet accord conclu, une société anonyme dénommée FORCE MOTRICE DES DORES est créée en décembre 1977 dont le siège social se situait à Montaigut-le-Blanc (63320).


Le permis de construire est délivré en février 1978. Les travaux de construction de la centrale de Courgoul ont duré environ 15 mois.


A partir de juin 1979, la centrale hydroélectrique de COURGOUL commence à produire.


En novembre 1986, la préfecture de Clermont-Ferrand accorde pour une durée de 40 ans une augmentation de puissance de 500 kW à 720 kW.


Localisation de l'aménagement


La prise d'eau et la centrale de Courgoul se trouvent sur deux communes dans le département du Puy-de-Dôme, Courgoul et Chassagne, entre 600 et 700 m d'altitude. Elle se situe également dans le Parc des Volcans d'Auvergne.


Cette centrale est implantée sur la Couze de Valbeleix, rivière limitrophe du Cézallier et du Mont-Dore, et qui rejoint en rive droite à Saurier la Couze Pavin, affluent rive gauche de l'Allier.


La Couze de Valbeleix prend sa source entre 1 130 m et 1 200 m dans la zone du col de la Chamoune. Elle est alimentée par la fonte des neiges, les eaux de ruissellement et les sources et lacs de Bourdouze et de Montcineyre.


Introduction hydrologique : l'aménagement hydroélectrique se situe une quinzaine de km en aval de la source de la couze. Celle-ci se situe près de Compains, sur la bordure nord du plateau basaltique du Cézallier. Longtemps suspendue sur le plateau, traversant des terrains basaltiques puis granitiques, la vallée est ouverte, occupée par des pâturages. Au niveau de La Vallette, elle s'encaisse rapidement dans les gorges boisées de Courgoul. La prise d'eau est située à l'entrée des gorges et la centrale à 2,5 km en aval, avec un dénivelé d'une soixantaine de mètres. Entre les deux secteurs, la Couze de Valbeleix reçoit les eaux du ruisseau de Sault. Le bassin versant à la prise d'eau est d'une surface de 96,20 km².


Il n'existe pas de station hydrométrique sur la Couze de Valbeleix. La plus proche est celle de Saint-Floret sur la Couze Pavin. Les débits de la couze de Valbeleix découleront de ceux mesurés à Saint-Floret.


Le module de la rivière est de 2 m3/s, le débit réservé fixé par le dernier arrêté préfectoral du 24 novembre 1986 est de :

- 220 litres/s (11 %) du 1er octobre au 1er avril,

- 400 litres/s (20 %) pendant le reste de l'année.


Description des ouvrages réalisés pour la production d'électricité


L'ensemble des ouvrages se compose de :


- une retenue constituée par un petit barrage en maçonnerie de 2 m de hauteur barrant le lit de la Couze de Valbeleix. La longueur de la digue est d'environ 8 m et peut déverser sur toute sa longueur.

En partie droite du barrage, se trouve une vanne plate en tôle d'acier. Elle assure également la restitution d'une partie du débit réservé. Cette vanne est équipée d'un moteur électrique et asservie à la sonde de niveau dans le respect de l'Article 9 de l'arrêté préfectoral.


- une prise d'eau commandée par une vanne plate en tôle d'acier de 2 m de largeur, manœuvrable par crémaillère. Cette prise d'eau débouche dans un bief d'amenée en béton de 4 m de largeur et 5 m de hauteur sur une longueur de 15 m.

Dès le bief d'amenée, l'eau passe à travers des barreaux d'acier pour éviter que de gros objets comme des troncs ou des branches d'arbres viennent bloquer le râteau qui nettoie la grille du dégrilleur.


- un dégrilleur, constitué d'une grille en inox percée de trous de diamètre 16 mm. Le nettoyage de cette grille s'effectue par un râteau de sept balais en caoutchouc. Le mécanisme démarre et s'arrête automatiquement suivant les niveaux avant et après la grille.


Après la grille, la chambre de mise en charge pour la conduite forcée comporte une sonde permettant d'asservir l'ouverture des distributeurs des turbines au débit disponible.


Si le débit entrant devient supérieur au débit d'équipement (2 m3/s) de la chute, ou en cas de déclenchement des groupes du réseau, l'eau de la rivière passe par-dessus le barrage, le temps que la vanne de barrage prenne en compte les valeurs du niveau de la sonde pour s'ouvrir et le réguler.


- une conduite forcée fonctionnant en charge et protégée dès le départ par :

- une cheminée d'équilibre verticale de 3 m de hauteur et d'un diamètre de 0,92 m,

- deux vannes de mise à l'air libre pour éviter la dépression en cas de rupture de la conduite.


La conduite forcée, d'une longueur totale de 2 000 mètres, est composée de tôles d'acier soudées de 6 mm d'épaisseur. Son diamètre intérieur est de 0,92 m. Une partie de la conduite est posée sur des supports béton (1 600 m) et une autre partie enterrée (400 m). Elle longe la Couze de Valbeleix sur sa rive gauche puis passe sur la berge opposée.


Juste avant d'arriver à la centrale, la conduite se sépare au niveau d'une culotte pour alimenter chacune des deux turbines en diamètre de 500 et de 700 mm.


- la centrale composée de deux groupes équipés chacun d'une turbine et d'une génératrice :

> 1 turbine DUMONT entraînant à 1 000 tr/mn une génératrice de 250 kW, tension de 380 V,

> 1 turbine DUMONT entraînant à 1 000 tr/mn une génératrice de 400 kW, tension de 380V.


La puissance active maximum est de 720 kW. La tension des génératrices est alors élevée à 20 kV par un transformateur 1 000 kW, pour être distribuée sur le réseau général d'Electricité de France.


Un canal de fuite restitue l'eau turbinée à la rivière après un parcours de 2 000 m.


Caractéristiques énergétiques


L'ouvrage a un débit d'équipement de 2 m3/s. La hauteur de chute brute est de 60 mètres.


La puissance maximale brute est donc :

PMB = 9,81 x 2 X 60 = 1 177 kW


Compte tenu des rendements, la puissance maximale disponible est :

PMD = 9.81 x 2 X 45 = 882 kW


Le productible est 3,20 GWh pour un débit réservé moyen annuel d'environ 17 % du module.


Fonctionnement de l'aménagement


L'aménagement, de type fil de l'eau, a un débit d'équipement de 2 m3/s et nécessite un débit minimal de 0,01 m3/s pour fonctionner.


Au niveau de la prise d'eau, la centrale est alimentée par deux rivières :

       1 - la Couze de Valbeleix qui est la rivière principale,

       2 - la Couze de Sault conflue dans la retenue créée par le barrage de la prise d'eau.


La rivière est court-circuitée sur une distance d'environ 2 km. Du mois de mai au mois de septembre au moment de l'étiage, la centrale est très souvent arrêtée par manque d'eau.

Site with XWebDesignor  By www.neutssoftware.com